Warning: Failed opening 'CACHE/8/interface.eb58dd.NEW' for inclusion (include_path='/data/www/p/r/ism-escape.com/php-include:./') in /data/www/p/r/ism-escape.com/html/inc-public.php3 on line 10
 

MAURICE G. DANTEC


"Ne pas subir"

Quelles seront les questions métaphysiques du 21ème siècle ? Maurice Dantec arme ses visions acides de théologie, (bio)physique, stratégie militaire, réalogène, littérature, informatique, musique, pour atteindre cette vitesse de libération à partir de laquelle des éléments de réponse peuvent apparaître. Apres plusieurs ouvrages Maurice G.Dantec ouvre une trilogie littéraire nommée Liber Mundi, dont le premier opus Villa Vortex est prévu pour le printemps 2003.

 

Première question impossible, qui est Maurice G. Dantec ?
D’après la revue néopaganiste Éléments, je suis une réincarnation du Président Schreber. D’après Lafranchouille.com, Roi-du-Ouebzine, je suis un "écrivain-latex qui croit que le Québec est situé en Amérique". D’après Mona Chollet et ses Talibans du Ve arrondissement, je suis un dangereux extrémiste américano-sioniste. Pour je ne sais plus quel torche-raie de la sous-culture Nationale-Contemporaine, je suis violemment xénophobe (entendez opposé à la connerie criminelle quelle que soient ses origines) et un danger pour la démocratie, et on dit aussi que je n’aime pas les défenseurs de la nature, ainsi que le féminisme totalitaire. Toutes ces versions sont assez proches de la vérité, en se consultant, ils devraient parvenir à un portrait-robot pouvant être diffusé par la Stasi républicaine.

Dans Laboratoire de catastrophe générale, vous donnez "quelques règles de bases concernant la guerre de mouvement métastable et de tactique hypermobile contre la Matrice, une première ébauche d’un véritable ’manuel de survie en territoire zéro’". Qu’est-ce que la Matrice et comment la combattre ?
La Matrice, c’est la "société" post-moderne actuelle, disons son avatar médiatico-culturel. C’est une métaphore pour la grande fabrique des nihilismes devenus complètement objectivés dans laquelle nous "vivons", paraît-il. C’était bien sûr une référence à Gibson, j’essayais de montrer en quoi le "réseau" et ses possibles développements futurs étaient aussi une métaphore devenue réalité. La machine à produire des nihilismes est devenue un "néant" objectivé qui fabrique des machines, je voulais dire des "hommes", des "hommes" asservis à eux-mêmes, en un vaste et réticulaire "système auto-régulateur". Comment la combattre : question engagée à chaque écriture, je n’ai que des bribes de réponses, captées sur une radio à ondes courtes. Et il m’arrive parfois d’essayer de les retranscrire, comme je l’ai fait au cours de la rédaction de ces deux volumes d’un journal mené dans ce but, ce qui a fait rire beaucoup de monde à Paris, je crois.

Vous parlez de la condition de l’homme libre comme condamné aux cryptes. Quelles cryptes vous semblent les plus fertiles ?
Il me semble que je pensais fortement aux catacombes des premiers chrétiens, ou à un "tunnel" qui passerait sous un "mur". Mais le mot "crypte" renvoie aussi à la notion de "chiffre", de "code". L’adjectif "fertile" ne parvient pas à qualifier vraiment ce que je pense de cette Liberté, qui s’apparente plus à un devoir, voire à un sacrifice, disons à une "obéissance librement souveraine", qu’à un droit.

Quelles sont les thématiques mises en place dans votre prochain livre Villa Vortex ?
La Trinité comme processus de dédoublement du dédoublement, et d’inversion de l’inversion. La Ville-Monde comme Chute, comme fatale désintégration de la Polis. La mort comme Interface personnelle entre le Néant et l’Infini. La chaîne génétique comme métacode secret de la Narration.

Quelles sont les raisons qui vous ont conduit à ce basculement vers le christianisme ?
Il n’y a aucune raison à la foi. La Grâce échappe à tout cadre rationnel.

Pourriez-vous nous expliquer votre théorie de "construction " du Christ ?
Je ne comprends pas cette question, je n’ai jamais - je crois - pu faire allusion à une telle "construction" humaine. Ne croyant pas de plus à un Dieu-Architecte, mais au Feu du Verbe, je ne vois pas comment répondre pour le moment à votre interrogation. Le Christ est le Dieu fait Homme, il n’y a là aucune "construction", car le Fils était là de toute éternité, avec le Père et l’Esprit-Saint, dans la Tri-Unité divine. Son Incarnation sur terre a selon moi un but plus mystérieux, et bien plus grand, que la simple rémission de nos "pêchés" grâce à la communion, affadissement terrifiant des catéchismes modernes, et pire encore depuis Vatican II. Mais je ne saurais bien sûr, en faire état, ce Mystère ne m’est pas pénétrable, en tout cas pour l’instant il manque encore à ma conversion le principal : son BAPTEME. Comme il est dit je crois dans le Credo nicéen : Dieu à créé le Fils par génération, et l’Esprit-Saint par procession. C’est la seule chose que je suis en mesure d’affirmer clairement.

Certaines écoles présentent le Christ comme un guerrier, un conquérant, qu’en pensez-vous ?
C’est l’enfermer dans un rôle politique, et "humain". Jésus était un Prophète, et Il EST le Christ, prévu depuis des millénaires par les Saintes Écritures. Comme le dit si justement Wilhelm Reich, s’Il avait été un guerrier conquérant (comme Mahomet), il n’y aurait JAMAIS EU de Christianisme. Là-dessus aussi, je suis bien obligé d’en convenir, ma pensée a changé, s’est rapprochée de LA vérité (il n’y en a qu’Une.)

Avez-vous des éléments de réponse, quant au fameux "chaînon manquant " ou "missing link" qui fait passer le singe au statut d’homme ?
À part l’existence de certains chanteurs connus, je ne crois pas à un chaînon manquant entre le singe et l’homme, ultime scorie de la pensée mécaniste qui cherche partout des CONTINUITÉS. Je suis évolutionniste, mais hétérodoxe, je crois à un "Intelligent Design" divin, ce qui me vaudrait aujourd’hui aux Etats-Unis le sort peu enviable des darwinistes face aux intégristes calvinistes du début du 20ème siècle. Et je ne parle pas de la République-Patrie-des-Droits-de-l’Homme que j’ai quittée . Il n’ y a pas de "missing link" entre le singe et l’homme, puisque l’homme est le produit d’une DISCONTINUITÉ "catastrophique" (voir la parabole de la Chute), qui le projette hors du CYCLE de la NATURE, ou disons à son POINT-LIMITE de transmutation, une hélice néoténique, qui jamais ne se ferme, et évolue-involue en double spirale, bref "fait à l’Image de Dieu", comme il est précisé fort justement dans La Genèse.

L’explication de Arthur C. Clark et de Stanley Kubrick dans 2001 : L’odyssée de l’espace vous semble-t-elle plausible ?
Peu importe, c’est une des plus belles oeuvres de la science-fiction du 20ème siècle. Je rappelle que Clark, dans l’introduction de son livre, explique qu’il voulait écrire un "conte scientifique" permettant une "explication rationnelle de Dieu". C’est la seule limite de ce texte. Il n’existe aucune cause à l’existence de Dieu, il ne peut donc y avoir aucune explication de son "existence" rationnellement compréhensible par l’homme. Il ne peut la comprendre que par la Foi, ce qui, vous le comprendrez fort bien, ne peut que susciter affolement panique, ou haine sans frein, chez tout bon rationaliste qui se respecte, franchouillard de surcroît.

Le passage de l’homme à son successeur sera-t-elle du même ordre ?
Probablement. Mais ma pensée a évolué depuis la rédaction des deux volumes du Théâtre des opérations. Je ne dirais plus aujourd’hui que le Successeur de l’Homme soit le Christ, car je crois que le Christ est toujours UNIQUE, il en est le contre-pôle intensifié dans une personne singulière. La nouvelle espèce humaine sera en effet le produit d’une catastrophe, d’un Déluge - si vous voulez, d’une infinie contraction des forces telluriques/sociales sur elles-mêmes, dont résultera une extension contraire, infinie elle aussi, sous la forme de la Grâce. Dans la brèche apparaîtra le méta-humain, au milieu d’une post-humanité qui sera - sans doute - quasiment anéantie par ses propres forces involutives.

Dans une de vos théories, vous expliquez que l’humanité, ayant dépassé 10 milliards d’habitants, sera obligée de quitter la terre et ainsi de rencontrer d’autres civilisations ?
Passé 12 milliards d’habitants, la planète sera invivable, selon des projections assez récentes, cela pourrait se produire vers 2050. Entre-temps une partie de l’Humanité se sera effectivement recomposée sur quelques "Arches", en orbite autour de la Terre-Mère, ou d’autres objets du système solaire. Il est probable que cela soit à ce "moment" précis de l’Évolution qu’une rencontre "officielle" entre civilisations stellaires soit rendue possible, nécessaire et souhaitable.

Vous croyez aux extraterrestres, c’est-à-dire que vous avez fait vôtre depuis longtemps "l’évidence cosmobiologique de base". Pensez vous qu’une rencontre avec d’autres civilisations n’aura pas lieu avant ce seuil fatidique, ou qu’elle n’a pas déjà eu lieu ?
Les questions concernant la co-présence de la vie intelligente dans le Cosmos sont sans fin, elles seront les questions "métaphysiques" du 21ème siècle. Pour ma part, je pose comme principe que la Vie n’est pas rare dans le Cosmos, mais qu’il est possible que le développement propre à l’Humanité soit beaucoup moins commun, le même rapport, peut-être, qu’entre notre espèce et les autres espèces vivantes du globe. La vision orthodoxe du darwinisme nous conduit à penser que chaque grande catastrophe - ayant parfois réduit à néant plus de 90 pour cent de la vie existante sur la planète - prouve que c’est le HASARD seul qui aurait conduit à l’émergence de l’Homo Sapiens. Pour ma part, cette série de catastrophes "prouve" très exactement l’inverse. Elle prouve selon moi que la "Nature" est un "lab-oratoire" où le but sélectif est de produire l’être le plus développé possible pour cette biosphère particulière. Le rythme des catastrophes planétaires est celui de la double-hélice, chaque fin de cycle ne se ferme pas, mais le processus repart d’une discontinuité. C’est précisément la discontinuité sélective/évolutive du monde qui "prouve" selon moi, l’existence d’un Principe Unificateur Métastable, qu’il ne faut pas appeler Dieu sous peine d’être suspect de tractations malhonnêtes avec l’Opus Dei. Concernant un "contact" entre la civilisation humaine et d’autres civilisations "extra-terrestres", il me semble inutile d’en discuter. Chaque fois qu’une preuve est avancée, on nous ressort les camisoles de force, et Le matin des magiciens.

Paul Virilio parle de "voyages virtuels " et nous dit que "dans l’avenir, la projection de la réalité virtuelle d’un déplacement pourra suppléer la réalité actuelle du voyage, de tous les voyages". Pourra-t-on encore alors imaginer que l’humanité désirera et surtout sera capable de réaliser cet exode (massif) ?
Une des ultimes tendances de l’humanité involutive c’est sa dé-création technique : d’un côté, en mode d’extensivité maximal, un réseau de technologies imbriquées dans notre propre biologie, jusqu’à l’hallucination électrochimique collective, la démocratie des droits humains étendue aux invertébrés, aux cactus, à l’électroménager domotique. De l’autre : des contre-pôles en mode d’intensité, des "sauts quantiques", des dérivations pirates et rétrovirales de ces mêmes techniques en vue de leur préparation à un stade de production supérieur : celui de l’Homme Intégral, opposé aux masses sociales auto-asservies, insoumis aux Lois anticosmiques comme aux Philosophies pancosmiques, et qui, de sa connaissance, fait un pont vers l’Esprit.

Vous dites aussi que l’humain mutera radicalement à partir de cette période ?
Voilà, mais je ne crois pas à des "mutations générales" qui engloberaient tous les individus de l’espèce. Ou plutôt ces mutations "générales" sont précisément thanatogènes ; elles précipitent le facteur d’involution, de maladie, d’autodestruction carcinomique. Leurs contre-pôles sont des "mutations singulières", qui favorisent le Facteur d’Évolution, et intégralement conduites au sein d’un "individu" particulier, concret si je puis dire, qui devient alors, pour reprendre Berdiaeff, une "personne", et selon moi, si la mutation est parachevée, un "Prophète".

Vers un devenir Métatronique ?
Regardez comme c’est drôle : Métatron est - dans Le Livre d’Enoch - représenté comme l’Ange de Lumière du Créateur, Celui qui Se Manifeste, car "devant le Vrai Nom de D., tous les hommes périssent "- (La Genèse). Il est le Voile de Lumière de l’Ineffable. Il est celui qui prend Enoch, au bout de sa 300ème année, pour le porter directement, par l’Assomption, jusqu’au ciel, en présence de la Gloire de Dieu. Enoch-Métatron est une figure centrale du Zohar, ou d’autres Livres Pseudépigraphiques ou apocryphes juifs et/ou chrétiens. Il est notable que l’origine de ce nom soit explicable par des analyses linguistiques qui le rattachent aussi bien à des racines grecques, juives, qu’indiennes ou sumériennes ! - et qu’on le retrouve toujours, 6000 ans plus tard, utilisé par des cinglés qui croient que le code génétique est bien plus qu’un mode d’emploi pour Meccano biologique, et qui pensent follement que la poésie est le principe Electrique même, et se font insulter sur le Net pour cela !

Pourriez-vous nous apporter quelques éléments sur Métatron : La naissance de l’électricité (thématiques, formes, contributeurs ?) ?
Nous y voilà. Comme la Tragédie fut l’Acte créateur de la civilisation grecque, car synthétisant les tendances dionysiaques et apolliniennes de la culture hellène, L’Electricité nous a semblé, un petit groupuscule de gens et moi-même, constituer un Acte de Naissance analogue pour la civilisation Américaine. L’invention d’Edison, ses circonstances, ses origines et ses développements, nous ont conduit bien au delà d’une vision "historique". Nous y voyons plutôt une cosmogénèse mystérieusement incluse dans un monde voué à la dévolution, phénomène que nous ne pourrons transcrire qu’à la condition de dépasser d’emblée toute posture "analytique", cartésienne et universitaire. Même si, au demeurant, un laboratoire de l’Université de Montréal sera mis à contribution, notre objectif est de faire - excusez-moi d’utiliser un gros mot pour tout ce qui me concerne - une "oeuvre d’art" électronique, constituée principalement d’une collaboration active entre un groupe d’auteurs et un autre de musiciens, voire de vidéastes, autour de ce "thème". Il y aura au moins un livre, et un CD. Les concepteurs du projet sont Richard Pinhas, moi-même, ainsi que Jérôme Schmidt. Le projet est établi en partenariat avec les éditions Léo Scheer. Nous pensons proposer ce projet au public à partir de 2004.

Vous présentez certaines drogues comme des "réalogènes". Quelles sont celles à utiliser, quelles sont celles que vous appelez de vos voeux ?
Rien de tout cela, je ne suis pas gourou appointé des psychotropes. Les drogues hallucinogènes sont des Instruments de Savoir extrêmement dangereux, et la Chute guette tous ceux qui s’en remettent EX-clusivement à eux, ce qu’indique la parabole de la Pomme de l’Arbre de Vie et de Mort. C’est en l’ex-cluant de sa branche que l’homme est devenu mortel. Si vous n’incluez pas la pratique des psychotropes dans une véritable - donc LIBRE - soumission à Dieu, vous finissez, un jour ou l’autre, par tomber dans un Luciférisme ou un autre, soit une Idole, une adoration de soi-même. Mais il ne fait en revanche aucun doute pour moi que certaines substances, "naturelles" ou "artificielles", ont comme conséquences de modifier notre cortex en profondeur, nous ouvrant PARFOIS (je le souligne) sur des Dimensions qui nous sont invisibles. N’allons pas plus loin, le rire sarcastique des rationalistes athées monte déjà jusqu’à moi.

 

FIGHT THE FUTURE
Il n’y aura plus de Prism Escape - Merci à toutes et à tous de votre soutien depuis 3 ans - PLus d’infos bientot